Premier test clinique de radiothérapie par ions lourds contre le cancer du sein au Japon

Le premier essai clinique mondial par radiothérapie du cancer du sein a été entamé par une spécialiste japonaise. Puissant et sans chirurgie.

La cancérologue spécialisée dans le cancer du sein, Kumiko Karasawa, explique :

« L’Institut national des sciences radiologiques a démarré l’essai en utilisant « une radiothérapie par ions lourds » qui émet un faisceau minuscule pouvant être directement dirigé vers les cellules malignes. Cette radiothérapie par ions lourds s’est révélée efficace pour combattre d’autres formes de cancer qui ne s’étaient pas étendues. Nous menons cet essai, car nous avons une meilleure compréhension des types de cancer du sein qui peuvent bénéficier d’un tel traitement. »

Selon l’agence de presse japonaise Kyodo, c’est la première fois que ce traitement est testé pour le cancer du sein. Il s’est déjà révélé efficace pour les traitements des cancers du poumon et de la prostate.

Le traitement en radiothérapie classique recourt aux rayons X et aux rayons gamma, puissants à la surface du corps, mais dont l’intensité décroit lorsque les rayons s’enfoncent dans les tissus.

La radiothérapie par ions lourds maintient elle l’intensité des rayons lorsqu’ils s’enfoncent dans les tissus.

Le traitement dure une heure, pendant seulement quatre jours, soit bien moins longtemps qu’une radiothérapie classique, alors que les premiers essais s’effectuent actuellement sur 20 patientes âgées d’au moins 60 ans. Elles présentent des tumeurs de taille réduite et qui ne se sont pas étendues.

Comme dans chaque cas de cancer du sein traité de manière plus « classique », les patientes seront ensuite suivies pendant cinq ans.